C’est avec un grand plaisir que Wolfpound a rencontré Junko Glass, lors de son exposition “Relations” au Centre Culturel Franco-Japonais Bertin-Poirée à Paris. Junko accepte de suite notre proposition d’interview, sans questions, mais préviens, avec son Français aux accents Japonais : “Je veux que l’on me comprenne !”. Nous relevons le défi !

Quand d’autres choisissent Paris, Londres, l’Italie, Junko quitte le Pays du Soleil Levant pour la Suède, drôle de choix ! Junko aime les silences, n’aime pas les gens qui parlent trop avec les mains, “c’est violent !” lâche-t-elle hors caméra. Elle travaille en silence, pour son bien-être, son oxygène c’est la glaise, le bois, la pierre. Elle parle peu, pour ne pas écorcher le Français, alors elle s’adresse à nous, avec ses sculptures. Mets des formes sur les relations amoureuses, modèle son regard sur les sentiments, sculpte la différence entre homme et femme. Ses œuvres prennent de la hauteur comme pour percer les brouillards de nos pensées pour atteindre une vérité fragile. Sans personnalités, sans visage, ses sculptures sont universelles, elles sont elle, lui, moi, vous, nous. Idéal cubiste, quand elle nous lance un cri “ne t’endort pas, sert moi fort après l’amour”. Junko est le merveilleux fruit d’un apprentissage Occidental aux racines Japonaises, elle nous questionne sur nos standards occidentaux amoureux, nos certitudes banales, nos envies sans goût, nos combats déjà perdus.

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 WOLFPOUND.COM

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account